Danièle Henkel et Monsef Derraji vous invitent à la troisième édition du Forum économique de la relève d’affaires!

Le Regroupement des Jeunes Chambres de Commerce du Québec (RJCCQ) est heureux d’annoncer le retour du Forum économique de la relève d’affaires (FERA) pour une troisième année sur le thème « Le Québec : plaque tournante des technologies émergentes – défis et opportunités » le 2 mars 2018.

Le président-directeur général du RJCCQ, M. Monsef Derraji, a le plaisir d’annoncer la nomination de Mme Danièle Henkel, fondatrice et présidente des Entreprises Danièle Henkel, à titre de présidente d’honneur pour la troisième édition du Forum économique de la relève d’affaires (FERA).

« Mme Henkel possède une merveilleuse aura, à la fois en tant que femme d’affaires qui a réussi, mais également comme mentore dont on a envie d’écouter les conseils. Sa présence comme présidente d’honneur saura rehausser le prestige de cette troisième édition qui s’annonce mémorable. Sa nomination coule de source ! »

Ayant accepté avec enthousiasme la présidence d’honneur du FERA, Mme Henkel souhaite rappeler que «la recette infaillible du succès n’existe pas — mais — chose certaine, en réunissant expérience et idées novatrices, le potentiel devient… exponentiel!» L’entrepreneure à succès interviendra en ouverture du plus important événement de la relève d’affaires au Québec où plus de 700 participants sont attendus.

À propos du Forum économique de la relève d’affaires

Le Forum est LE rendez-vous majeur de la relève d’affaires du Québec.

Il met en contact des jeunes professionnels et des entrepreneurs avec des hautes personnalités politiques et du monde des affaires. Il vise au partage des expériences et à la création de nouveaux liens susceptibles de déboucher sur de nouvelles opportunités d’affaires. Se tenant sur une journée, il alterne entre conférences, ateliers et moments de réseautage.

Les technologies émergentes au Québec

Le Québec se taille une place de choix en tant que chef de file dans l’industrie des technologies émergentes. La province profite d’un pôle d’expertise scientifique de pointe et d’un bassin de talents de classe mondiale en intelligence artificielle. En alliant les industries traditionnelles aux nouvelles technologies et en encourageant l’émergence de nouveaux marchés, tout est en place afin que le Québec se démarque sur le plan international.

Toutefois, les défis sont encore nombreux. Le Québec nécessite davantage de chercheurs pour contribuer à l’effort de développement de ce secteur, en plus de constater un manque de représentativité féminine dans le domaine. Avec les moyens actuellement disponibles, les résultats des investissements ne seront percevables que dans une dizaine d’années. Malgré ces défis, le Québec est en chemin pour devenir la Silicon Valley des technologies émergentes.

À n’en pas douter, le thème du FERA 2018 annonce de vifs débats et des réflexions intéressantes !

Intervenants renommés

Sujets attrayant

Le rôle du Québec dans le développement des technologies émergentes

Des ateliers

Réseautage


Cocktail de réseautage

Séances d’informations

PROGRAMMATION

2 mars 2018
7h30-8h30 : Arrivée des participants

Ouverture du FERA

8h15-8h30

Mot de bienvenue | Monsef Derraji

Mot de bienvenue | Danièle Henkel
8h30-8h55

Conférence d’ouverture | Louis Vachon

Panel d'ouverture

09h00-10h15

Intervenants: à venir! 

Modérateur: à venir! 

10h15-10h30 : Pause-café
10h30-12h : Ateliers au choix

Atelier 1 - Bitcoin

10:30 – 12:00

Intervenants: Jonathan Hamel, Nick Chong et plus à venir!

Modérateur: Bahador Zabihiyan

Atelier 2 - Blockchain

10:30 – 12:00

Intervenant: à venir! 

Modérateur: à venir! 

Atelier 3 - L'intelligence artificielle et les PME

10:30 – 12:00

Intervenants: à venir! 

Modérateur: à venir! 

Atelier 4 - Croissance des PME, applications technologiques

10:30 – 12:00
Intervenants: à venir! 

Modérateur: à venir! 

Atelier 5 - Cybersécurité

10:30 – 12:00
Intervenants: à venir! 

Modérateur: à venir! 

Atelier 6 - Repreneuriat à l'ère numérique

10:30 – 12:00
Intervenants: à venir! 

Modérateur: à venir! 

12h-14h : Visite des kiosques et dîner

Panel 1 : L'impact social des technologies émergentes

14:15 – 15:15

Intervenants: à venir! 

Modérateur: à venir! 

15:15 - 15:30 : Pause-café

Panel 2

15:30 – 16:30

Intervenant: à venir! 

Séance de clôture

16:30 – 17:30

Intervenants: à venir! 

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

L’intelligence artificielle représente l’idée que l’intelligence humaine peut être mécanisée et remplacée par des applications et des machines. Elle est basée sur un ensemble de concepts, de programmes et de technologies qui effectuent des tâches habituellement accomplies par des êtres humains étant donné le niveau de réflexion et de perception qu’elles demandent.

Facebook a annoncé en septembre 2017 que Montréal serait la quatrième ville à accueillir un laboratoire de recherche en intelligence artificielle. Des investissements en provenance du secteur privé ont aussi été annoncés par Google, Microsoft et IBM. 

Le développement de cet écosystème technologique québécois est d’ailleurs fortement soutenu par le gouvernement du Québec qui annonçait, en mai dernier, un investissement-clé de 100 millions de dollars sur cinq ans afin de créer une supergrappe dans le domaine hautement compétitif et prometteur qu’est l’intelligence artificielle. Selon le gouvernement, la «grappe» sera une forme d’écosystème qui fera le lien entre les chercheurs et l’industrie. Elle ciblera la recherche, la formation et l’innovation en intelligence artificielle ainsi que la création d’entreprises.

CYBERSÉCURITÉ

La cybersécurité englobe les procédés, les lois et les outils qui visent à protéger les données informatiques et les actifs des entreprises et des internautes. Elle mène une lutte contre la cybercriminalité et met en place des protocoles de cyberdéfense.

L’école Polytechnique de Montréal offrait cet automne un premier baccalauréat en cybersécurité au Québec afin de répondre à la demande croissante d’une formation spécialisée dans le domaine. « D’ici 2020, on estime qu’à l’échelle internationale on manquera de 1,5 million d’experts en cybersécurité. Au Canada, on parle de dizaines de milliers », estime Benoît Dupont, titulaire de la chaire de recherche du Canada en cybersécurité à l’Université de Montréal.

«BLOCKCHAIN»

Au-delà de l’intelligence artificielle, le Québec se démarque par son avancée en lien avec la technologie «blockchain». Cette dernière permet le stockage et la transmission d’informations de façon transparente et sécurisée. Sans organe central de contrôle, la gestion de cette base de données repose sur les échanges de ses utilisateurs.

Cette technologie supporte le bitcoin, une monnaie cryptographique parue en 2009 qui ne cesse de prendre de l’ampleur. Les transactions effectuées par ce système de paiement sont vérifiées et enregistrées via le système « blockchain ».

En juillet 2017, Raymond Chabot Grant Thornton annonçait qu’elle fondait, avec des experts reconnus du milieu, la firme Catallaxy, un centre d’expertise «blockchain» basé à Montréal qui investira dans la recherche, le développement, la formation et la commercialisation de cette technologie.

FERA

Des intervenants renommés

Des séances d’informations

Des kiosques

Des ateliers

Du réseautage

Un cocktail

Partenaires

INTERVENANTS

null

Président et chef de la direction de la Banque Nationale depuis juin 2007, Louis Vachon est responsable des stratégies, des orientations et du développement de la Banque et de ses filiales. Il est appuyé dans cette tâche par les membres de la haute direction qui forment avec lui le Bureau de la présidence. Au moment de sa nomination, M. Vachon était chef de l’exploitation – un poste qu’il occupait depuis 2006.
De 2005 à 2006, Louis Vachon a agi à titre de président du conseil d’administration de la principale filiale de la Banque, la Financière Banque Nationale, de même que de Gestion de portefeuille Natcan. Il avait assumé auparavant les responsabilités de chef de la direction de la Financière Banque Nationale.
M. Vachon a commencé sa carrière en 1985 chez Citibank et s’est joint à Lévesque Beaubien Geoffrion en 1986. De 1990 à 1996, il a travaillé pour BT Bank of Canada, la filiale canadienne de Bankers Trust, y devenant président et chef de la direction. M. Vachon s’est de nouveau joint à la Banque Nationale en 1996 – d’abord comme président et chef de la direction de Gestion de placements Innocap, puis, dès 1998, comme premier vice-président, Trésorerie et Marchés financiers.
Louis Vachon est membre des conseils d’administration de Molson Coors Brewing Company et de Groupe CH inc. Il est également engagé dans un grand nombre d’organismes à vocation sociale et culturelle.
M. Vachon est titulaire d’une maîtrise en finance internationale de la Fletcher School, un programme coopératif offert par les universités Tufts et Harvard. Il possède également un B.A. en économie de Bates College, en plus d’être analyste financier agréé, CFA®.
Louis Vachon est Membre de l’Ordre du Canada et a reçu le Prix du citoyen du monde de l’Association canadienne pour les Nations Unies. Il a été nommé docteur honoris causa des universités d’Ottawa, Bishop’s et Ryerson. M. Vachon a reçu le titre de Lieutenant-colonel (h) des Fusiliers Mont-Royal. Il a été nommé PDG de l’année 2014 au Canada par le magazine Canadian Business et a été nommé Personnalité financière de l’année 2014 par la publication Finance et Investissement, une reconnaissance obtenue en 2012 également. En 2014, la Fondation Portage lui a rendu hommage en le nommant Grand philanthrope. Louis Vachon a de plus figuré au palmarès canadien Top 40 Under 40 en 2001.

null

Joelle Pineau est professeure agrégée et chercheure-boursière de la chaire William Dawson à l’Université McGill, où elle codirige le laboratoire de raisonnement et d’apprentissage (Reasoning and Learning Lab). Ses travaux de recherche se concentrent sur le développement de nouveaux modèles et algorithmes aux fins de planification et d’apprentissage dans des domaines complexes partiellement observables. Son travail consiste également à appliquer ces algorithmes à des problèmes complexes dans le domaine de la robotique, des soins de santé, des jeux et des agents conversationnels. Elle siège également au comité de rédaction du Journal of Artificial Intelligence Research et du Journal of Machine Learning Research, et est présidente de l’International Machine Learning Society. Boursière principale de l’Institut canadien de recherches avancées, elle a de plus, en 2016, été nommée membre du Collège de nouveaux chercheurs et créateurs en arts et en science de la Société royale du Canada.

null

Biographie à venir!

null

Jonathan Hamel est président et fondateur de l’Académie Bitcoin, une firme boutique d’enseignement, de formation et de consultation en entreprise autour de la technologie Bitcoin. Entrepreneur, fondateur et investisseur centré sur l'écosystème Blockchain, il possède une expertise reconnue dans les marchés émergents, dont l’Afrique, où il contribua à différents projets de paiements mobiles et de services bancaires alternatifs. Pionnier de la communauté Bitcoin et Ethereum au Canada, il a fait la promotion de ces technologies dans de nombreux événements financiers et technologiques tels Shenzhen International FinExpo (Shenzhen, Chine), Lujiazui Industrial Finance Forum (Shanghai, Chine), Sydney FinTech Summit (Sydney, Australie) Africa Web Festival (Abidjan, Côte-d’Ivoire), Le Sommet Annuel de la Banque Africaine de Développement (Lusaka, Zambie), Bloomberg Africa Business Summit (Cape Town, Afrique du Sud), La Conférence de Montréal (Montréal, Canada), WISE Summit (Doha, Qatar), Consensus (New-York City, USA), Forum Fintech (Montréal, Canada), Bitcoin Ethereum Summit (Toronto, Canada) et The Singularity University Summit Canada (Montréal, Canada).

Jonathan Hamel est membre du comité consultatif sur l’innovation technologique de l’Autorité des Marchés Financiers depuis Janvier 2017.

null

Nick possède plus de 10 ans d’expérience comme entrepreneur en technologies de l’information. En 2016, il a cofondé QUOINE+BLOCKWAVE, un joint-venture entre le startup Canadien Blockwave et la société japonaise QUOINE, afin de s’attaquer au marché des bitcoins et crypto-monnaies au Canada. Ce marché se chiffre d’ailleurs à 1,5 G$ en 2017, soit un volume dix fois plus grand que l’année précédente.
Pourquoi s’allier au japonais? Nick explique que le Japon est le leader au rang mondial pour le volume de transactions de crypto-monnaies, et que le gouvernement est fortement en faveur de l’adoption du bitcoin : «le gouvernement japonais a officiellement reconnu le bitcoin comme moyen de paiement, ce qui a donné le feu vert à des centaines de milliers de détaillants d’accepter le bitcoin, que ce soit des magasins, des pharmacies, ou des restaurants. »
Nick a choisi Montréal comme base des opérations de son joint-venture. Il croit que la ville a des avantages nets pour un startup de Fintech, en citant les quatre grandes universités qui sont des sources de talent, ainsi que les firmes d’investissement québécoises qui appuient l’innovation.
Contrairement à plusieurs dans l’industrie, Nick est en faveur d’une règlementation plus stricte des crypto-monnaies. En l’absence de règlementation, il explique : «la responsabilité retombe sur l’industrie pour implanter les meilleurs protocoles afin de sécuriser les avoirs de nos clients et de s’assurer que nous ne devenons pas des intermédiaires involontaires pour les activités criminelles. C’est d’ailleurs ce que nous ferons au Canada quand nous allons lancer nos opérations en 2018.»
Lorsqu’on lui demande son opinion sur la montée fulgurante du prix du bitcoin, que plusieurs qualifient de «bulle économique», Nick répond qu’il voit cela dans le sens inverse : «ce ne sont pas les bitcoins qui gagnent en valeur, mais bien nos devises nationales, nos dollars Canadiens, qui perdent de la valeur!».
Nick est économiste de formation, détient la certification Certified Bitcoin Professional et est en voie d’obtenir son certificat du programme Fintech de la Saïd School of Business de l’Université d’Oxford.

null

Bahador Zabihiyan n’avait aucune idée de ce qu’était un bitcoin, il y a 5 ans. Depuis, il a produit une dizaine de reportages au sujet des cryptomonnaies et il peut se vanter de pouvoir expliquer ce qu’est un bitcoin en moins de trente secondes. Bahador est reporter pour le site web, la radio et la télévision de Radio-Canada depuis une décennie, période durant laquelle il observé de près le développement des entreprises technologiques à Montréal. Grâce à son travail, Bahador a eu l’occasion de visiter une mine de bitcoin (c’est bruyant!), de sauter devant un véhicule autonome pour voir s’il va s’arrêter (la réponse est oui) ou de se rendre dans un laboratoire où les chercheurs se demandent à quoi ressembleront les drones dans vingt ans (ils seront très petits, semble-t-il).
Au fil de ses reportages, il tente de mieux faire comprendre au grand public ces entreprises, qui perturbent parfois les communautés dans lesquelles elles s’installent. Il fait cela en utilisant de nouveaux formats numériques pour susciter l'intérêt de son auditoire, dont la « timeline » Facebook est déjà bien remplie.
Bahador se donne aujourd’hui comme objectif de continuer à observer de près la grappe technologique à Montréal, particulièrement les entreprises du domaine de l’intelligence artificielle et des véhicules autonomes, dont les innovations pourraient avoir des effets importants sur le marché de l’emploi.

Retour sur les moments forts de l’édition 2017

RJCCQ - FERA - Forum économique de la relève d’affaires
RJCCQ - FERA - Forum économique de la relève d’affaires

FRAIS DE PARTICIPATION

$
0
HT

L’enregistrement au Forum économique de la relève d’affaires 2018 est maintenant ouvert!

Contactez-nous:

+1 (514) 933–7595
fera@rjccq.com

© Regroupement des Jeunes Chambres de commerce du Québec – RJCCQ | Site web réalisé par : l’Agence Webec